Outils de supervision d'un hôte Windows

Pour Windows, nous avons à la fois à effectuer une supervision active (performance) mais aussi une supervision passive (EventLog et log). Nagios 3 devrait changer la façon dont on supervise en passif un hôte. Aujourd’hui, les remontées d’infos sont assurées par le client NSCA qui écrit dans le fichier external commands du serveur. Demain, nous devrions pouvoir alimenter directment une base de données dont se servira le serveur pour déterminer l’état d’un service. Cette nouvelle façon de faire s’appuierait sur le module event broker de Nagios et sur NDOUtils qui permet de gérer l’ensemble des informations (configurations, états…) d’un ou plusieurs serveurs Nagios.

Supervision passive

Habituellement, la supervision passive est faite par l’envoi des évènements issus de fichiers logs en temps réel vers un serveur central sur lequel seront appliquées les règles de détection, filtrage et corrélation des évènements susceptible d’intéresser la supervision.

Néanmoins, y compris sous Windows, il est possible de filtrer à la source, c’est à dire sur l’hôte supervisé de façon à réduire le trafic réseau vers le serveur.

Méthodes possibles EventLog

  1. Traduire les évènements EventLog en messages standard BSD syslog et envoyer ces messages à un serveur centralisé qui effectuera filtrage,corrélation et envoi des messages à Nagios.
  2. Traduire les évènements Eventlog en messages syslog mais ne remonter vers le serveur central ques les évènements jugés intéressants. Le filtrage et la corrélation de ces évènements est alors assuré sur l’hôtes supervisé.

Pour ces deux méthodes, les clients possibles sont Nagios EventLog, SNARE et NT_Syslog.

Méthodes possibles Logs génériques

Sous Windows, la seule solution possible pour superviser de façon passive les journaux de logs génériques est SEC (Simple Event Correlator).

Méthodes possibles Traps SNMP

Une possibilité assez mal documentée de Windows Server (au moins depuis 2003) permet de convertir les évènements des journaux en traps SNMP. Il suffit d’ouvrir une commande DOS et de taper “evntwin” pour ouvrir un programme qui permet de définir quel évènement Windows provoqueront l’émission d’une trap SNMP. Voilà qui ouvre des possibilités assez intéressante pour la supervision d’hôtes Windows.

Clients possibles

Nagios EventLog

Nagios EventLog est un client Nagios passif pour Windows. Il regroupe à la fois les fonctions de NT_Syslog et de send_nsca. Il est capable de superviser tout type de fichiers eventlog et d’envoyer des messages à Nagios sur les évènements sélectionnés. Il s’appuie pour cela sur des règles de filtrage stockées dans la base des registres. Ces règles permettent de définir le journal supervisé (ex : System) , la source dans ce journal (ex : Information), l’ Eventlog ID (ex : 7036) ou un pattern prédéfini sous forme de regex (ex : .*\Horloge.*\exécution).

Nagios EventLog est un programme bien suivi par son auteur et qui apparaît stable dans sa version testée (1.8.3). Il fonctionne correctement sur nos environnements de test ( Windows XP et Windows Standard Server 2003).

Le fait que Nagios EventLog possèe un client NSCA intégré n’est pas utile puisque nous avons besoin de toute façon d’un client NSCA pour SEC notamment. Nagios EventLog utilise un cycle de vérification des logs qu’il n’est pas possible de faire descendre au dessous des 10 secondes. Celui induit une latence qui peut se traduire par un délai de 1 minute pour recevoir l’alerte dans Nagios. Les règles basées sur les regex semblent “capricieuses”. En cas de détection d’évènements prédéfinis, Nagios EventLog envoie à Nagios le message correspondant du journal d’évènements; qui est parfois long et accentué posant des problèmes d’encodage lors du passage Windows/Unix. Malheureusement, il n’est pas possible de redéfinir le message envoyé à Nagios.

System [error] [Windows Update Agent #16]: Connexion impossible�: Windows ne parvient pas � se connecter au service Mises � jour automatiques et ne peut donc pas proc�der au t�l�chargement et � l'installation des mises � jour d�finies par la planification 

Snare

SNARE est un “traducteur” de journaux au format EventLog vers le format syslog. Il permet de lire en temps réel les journaux d’évènements Windows et de rediriger ces évènements après filtrage éventuel vers un serveur SNARE et/ou un serveur Syslog. La version freeware de ce programme dont le code source est disponible permet uniquement les envois de message au protocole UDP. L’ensemble des règles de filtrage sont stockés la base des registres. De plus, SNARE possède une interface d’administration web sur le port 6161 par défaut. Cette interface peut être protégée par mot de passe et/ou par restrictions d’adresses de connexion.

NTsyslog

ntsyslog a été développé pour permettre, à l’instar de SNARE, de traduire les évènements type eventlog en message syslog. La dernière version date du 21 octobre 2002 et le projet semble aujourd’hui abandonné. Cependant, ce programme fonctionne correctement sur nos machines de tests. Il est intégré à Nagios EventLog. Il permet de filtrer les types d’événèments qui seront envoyés pour analyse. Cependant, ce niveau de filtrage n’étant pas suffisant, il faut soit accepter d’envoyer au central des évènements partiellement qualifiés (augmentation utilisation bande passante et filtrage, corrélation à prévoir sur central) soit compléter son installation avec Kiwi Syslog Dameon et SEC sur l’hôte supervisé.

Kiwi Syslog

Kiwi Syslog est un serveur de type syslog capable de recevoir messages et traps snmp depuis n’importe quel hôte compatible avec ce protocole. Il est compatible Windows XP, Server 2003 et Vista. Kiwi Syslog permet de stocker ces évènements dans un fichier plat ou dans une base de données. Kiwi Syslog a été préfére à syslog-win32 qui travaille moins rapidement et qui est plus difficile à configurer.

SEC

Ce programme écrit en Perl fonctionne sur Windows avec ActivePerl ou Cygwin. Il accepte en entrée n’importe quel fichier de type txt dans lequel il détecte en temps réel les évènements définis au préalable. Plusieurs fichiers peuvent être surveillés en même temps. SEC est un programme très puissant puisque il permet de définir des règles de corrélation de type n évènements de type y dans une fenêtre de temps de z minutes.

Contexte Supervision passive

  1. Pour les Event Log Windows, le parser retenu doit filtrer le maximum d’évènements en local et envoyer le reste au serveur syslog-ng qui tourne sur le collecteur avec SEC en corrélation. Navios EventLog envoie directement des alertes au format NSCA sans avoir besoin de send_nsca.
  2. Les outils qui parsent des Event Log Windows ne pouvant filtrer des logs plus “génériques” (type oracle, netvault…), nous avons donc besoin d’un deuxième agent pour la supervision passive. Le seul qui semble pouvoir remplir cette tâche est SEC qui tourne avec ActivePerl. OSSEC aurait pu convenir mais l’agent Windows ne fait pas de filtrage.
  3. Nous pouvons traduire les messages eventlog en message syslog et les filtrer directement sur l’hôte supervisé à l’aide de SEC. Nous ne renvoyons alors sous forme de messages NSCA que les évènements sur lesquels nous allons réagir.

L’envoi des fichiers de log brut à la syslog vers un serveur central qui effectuerait la corrélation et l’alerte n’est pas possible au vu des volumes à transférer continuellement sur le réseau. Nous devons donc filtrer à la source (sur l’hôte supervisé) et n’envoyer au collecteur que les messages qui nous intéressent. SNARE, NT_Syslog et Nagios EventLog sont trois clients potentiels pour cette opération. La pile SNMP Windows n’étant pas réputé pour son fonctionnement optimal et SNMP étant un protocole UDP sans garanti de transmission, nous avons choisi la solution suivante :

Supervision active

Nous utilisons la supervision active pour tous les services dont nous voulons garder un historique de performance.

NSClient

NSClient a été le premier client Nagios développé spécifiquement pour la supervision active d’un hôte Windows. La dernière version en date est la 2.0.1 du 02 juin 2003. Le développement semble désormais abondonné.

NC_NET

NC_Net a repris

  • Windows XP Professional SP2
  • Windows Server 2003 Enterprise
  • Windows 2000 Server SP4
  • Windows 2000 Professional SP4

NRPE_NT

NSClient++

NSClient++ combine les fonctions de NSClient, NRPE et bientôt send_nsca. Il est compatible toutes versions de Windows et est activement développé. Il est aujourd’hui le client inclus dans la documentation Nagios 3 et peut s’enorgueillir à ce titre de client officiel Windows. En outre, il possède un module générique d’interrogations WMI et possède désormais une version optimisée 64 bits.

WMI

Une autre manière de superviser un hôte windows est l’interrogation de la base WMI (Windows Management Instrumentation). WMI est un système de gestion interne de Windows qui prend en charge la surveillance et le contrôle de ressource système via un ensemble d’interfaces.

Le principal avantage de cette solution est l’absence de client à installer sur l’hôte.

Une documentation décrit plus longuement le principe et la mise en place de solution.

nagios/windows-client.txt · Dernière modification: 02/03/2017 16:41 (modification externe)
CC Attribution-Noncommercial-Share Alike 4.0 International
www.chimeric.de Valid CSS Driven by DokuWiki do yourself a favour and use a real browser - get firefox!! Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0