Fonctionnement de Shinken

Page rédigée pour une version de Shinken 0.4.

Sur cette page, nous allons présenter et décrire comment Shinken fonctionne, avec ses différentes interactions et architectures (mono-serveur, distribuée). Le tout illustré par des schémas afin d’essayer d’en faciliter la compréhension.

Sources : site et wiki officiels de Shinken.

Cette page a été rédigée par :

Rôle Nom
Rédacteur Romuald FRONTEAU

Composants

L’idée principale de Shinken est de découpler les différents rôles de Nagios, un peu comme tente de le faire Merlin mais à un stade encore plus poussé. Les différentes parties de l’application sont les suivantes :

Arbiter

Il est chargé de lire la configuration, de la découper en autant de parties qu’il y a d’ordonnanceurs dans l’architecture, et leur envoyer ainsi qu’aux autres éléments de l’architecture. Il est également garant de la haute disponibilité : si un élément tombe, il envoi la configuration qu’il avait en charge à un élément spare défini par l’administrateur. Enfin, son dernier rôle est de lire les ordres des administrateurs fournis dans le pipe nommé nagios.cmd et de les transmettre à tous les ordonnanceur ou un seul suivant la demande.

Schedulers

ils sont chargés d’ordonnancer les vérifications et de levers des actions en cas de soucis avec ces dernières. Ils ne lancent pas directement les vérifications ni les notifications. Il ne font que les proposer dans des files d’attentes où vont venir piocher d’autres éléments de l’architecture. L’administrateur peut en avoir autant qu’il veut, l’Arbiter va découper la configuration en fonction du nombre de schedulers définis.

Pollers

Ils ont pour rôle de lancer les sondes demandées par les ordonnanceurs auquels ils vont piocher les demandes. Ils utilisent un realm de process qui vont effectuer les vérifications. Une fois par seconde, ils vont retourner les résultats aux ordonnanceurs pour que ces derniers puissent effectuer des actions supplémentaires si besoin (comme une notification) et réordonnancer les tests. Ils sont en première ligne pour les performances, et l’administrateur peut en avoir autant qu’il en a envi/besoin. Il peut également avoir des pollers sur GNU/Linux et d’autres en Windows par exemple comme nous le verrons plus loin.

Reactionners

Ils sont en charge de lancer les vérifications et les actions correctrices. Ils sont découplés des pollers car il est plus pratique d’avoir un unique reactionner (avec un spare) pour n’avoir qu’un seul lieu où se remplissent les flux RSS d’alertes ou les autorisations SMTP par exemple.

Broker

Il est en charge de récupérer les informations d’états des ordonnanceurs et de les traiter. Ces traitements sont fait par des modules. De nombreux modules existent : un pour l’export en base merlin (MySQL), un autre pour l’export des données de métrologie dans le fichier service-perfdata, une présentation des données de style Livestatus, un export en base Oracle ou encore un export en base CouchDB.

Principe de fonctionnement

Général

Shinken utilise plusieurs daemons qui ont chacun leur rôle. Le maître de tous est l’Arbiter qui lit la conf, la découpe et l’envoie vers ses petits camarades. Bien sûr, les satellites comme les pollers ont besoin de connaître l’adresse des ordonnanceurs. Ces derniers ont la responsabilité de l’ordonnancement de la supervision. La perte d’un d’entre eux peu être embêtante : une partie des hôtes ne seront plus surveillés!

C’est pourquoi Shinken utilise un système de spare : des daemons seront lancés mais non actifs. Ceci ressemble un peu à du RAID. Ils ne se verront affecter une configuration, et donc une responsabilité, que si un daemon maître meurt. Typiquement un placement de ces spares sur la machine de l’Arbiter peut être utile, il y a peu de chance qu’elle perde le lien avec elle même… (mais bon avec les réseau, faut jamais faire des suppositions ;-)….)

Cette architecture est pleinement modulaire et scalable et ne possède pas de point de contention car l’Arbiter n’a pas grand chose à faire a priori, comme pour le broker ou le reactionner. Les deux éléments chargés sont les pollers et les ordonnanceurs, qui sont alignables à merci, et ce sans effort pour l’administrateur (il ne manquerait plus que ça!).

Cette architecture peut se résumer en un diagramme :

Sur le schéma ci-dessus,

  1. l’administrateur rentre sa configuration sur l’arbiter, celui-ci va alors découper automatiquement la configuration et la pousser sur chacun des schedulers.
  2. Les Schedulers vont planifier leurs contrôles en fonction de la configuration qu’ils ont reçus.
  3. Les Pollers vont aller chercher les contrôles qu’ils doivent réaliser, les exécuter et retourner les résultats aux Pollers.
  4. Le Reactionner va déclencher une action (alerte SMS, Jabber, script pro-actif, …) en focntion des résultats des contrôles.
  5. Le Broker va stocker les données collectées selon les modules (NDO, LiveStatus, Merlin, CouchDB, …) qui ont été choisis.

La Répartition de Charge

Shinken est capable de découper et pousser la configuration sur les Schedulers automatiquement. Actuellement, quand il s’agissait de réaliser de la répartition de charge, l’administrateur devait respecter les notions d’héritage afin de réaliser ces “packs” de configuration à déposer sur chacun de ses collecteurs. Avec Shinken, plus besoin de se tracasser dans ce découpage à s’arracher les cheveux., Shinken le fait lui même.

Découpage

Création des packs

Shinken prend en compte 2 éléments pour réaliser son découpage : les hôtes et les services. Les services peuvent être liés à leurs hôtes des manières suivantes :

  • La relation Père / Enfant
  • La dépendance d’hôtes
  • La dépendance de services

Voici un exemple de découpage, le but de Shinken est de pouvoir créer des “packs” indépendants les uns des autres pour éviter tous problèmes en cas de crash d’un élément de la supervision :

Aggrégation des packs

L’Arbiter va regrouper des packs afin de créer des “fragments” de la configuration globale dépendant de la variable de pondération que vous avez déclaré comme représenté par le schéma ci-dessous.

L'envoi des configurations

Regardons un peu le dispatching des configurations vers les ordonnanceurs et ce qui se passe lorsqu’un ordonnanceur n’est plus disponible Dispatch des configurations.

L’arbiter lit la configuration globale de l’administrateur, il la coupe en morceaux (autant que l’ordonnanceurs NON spare). Le dispatcheur (une Classe dans l’Arbiter), l’envoi vers les ordonnanceurs. Puis il créé une configuration particulière avec juste les adresses des ordonnanceurs à destinations des satellites comme les pollers ou le broker. Et hop, tout le monde est content, et se connecte entre eux.

Ca se résume en un diagramme :

La Haute Disponibilité

Actuellement en supervision, les éléments hôtes ou services sont rattachés à un collecteur physique. On peut le voir dans des solutions comme Nagios, Nagios avec un Centreon, Zabbix, … Lors d’un crash d’un de vos collecteurs, l’administrateur doit le plus rapidement basculer les éléments du collecteur en anomalies vers son secours. Cette opération demande du temps et est assez lourde à gérer. Dans l’exemple de Nagios, il faut que l’arbre des héritages soit respecté sinon vos collecteurs tomberont en erreur car une partie de la configuration n’y sera pas déployé.

Dans Shinken, l’Arbiter contrôle continuellement l’état de santé de votre architecture de supervision (Broker, Reactionner, Schedulers, Pollers). Lorsqu’un de vos Scheduler tombe, l’Arbiter le détecte et va automatiquement redécouper de nouveau “fragments” de configuration afin de les redéployer sur les autres Schedulers ou le spare que vous avez définit.

Exécution de commande Externe

Regardons désormais comment se passe l’envoi de commandes externes par le client. Dans la philosophie Shinken, celui-ci n’a besoin d’envoyer ses ordres qu’à un seul endroit, à l’Arbiter.

Il faut séparer les commandes en deux catégories :

  • les commandes globales à tous les ordonnanceurs;
  • les commandes spécifiques à un élément (host/service/contact).

En fait une partie des deuxièmes commandes est en fait globale : les contacts sont partout et les commandes les concernant sont envoyées partout. Pour chaque type de commande Shinken sait s’il elles sont globales ou non. Pour les globales, il ne se pose pas de question, il envoie à tout le monde et voila.

Pour les spécifiques, il faut qu’il trouve quel est l’ordonnanceur en question. Il cherche pour cela dans les N configurations l’élément impacté (hôte ou service). Une fois trouvé, il sait à qui envoyer l’ordre et il le fait.

Une fois les ordres reçus, les ordonnanceurs n’ont plus qu’à les appliquer.

Aller hop, le désormais classique diagramme :

Scheduler / Pollers / Reactionners / Broker

Ces 3 éléments interagissent continuellement avec le Scheduler. Il est important de bien comprendre le rôle de chacun.

Le schéma ci-dessous illustre comment le Scheduler, le Poller, le Reactionner et le Broker communiquent ensemble.

Scheduler

Le Scheduler est l’élément de la supervision à recevoir la configuration et planifier une queue de traitement. D’après le schéma ci-dessus, le Scheduler s’organise afin de pouvoir interagir avec les autres éléments. Le Scheduler utilise 3 queues de traitement qu’on pourrait nommer :

  • La Queue des “actions” ou des “contrôles” (communication avec le Poller)
  • La Queue des “réactions” (communication avec le Reactionner)
  • La Queue du “stockage” (communication avec le Broker)

Reactionner

Nous allons décrire le schéma ci-dessus par étape :

  1. Le Reactionner va interroger le Scheduler afin de connaître les actions qu’il va devoir réaliser en fonction du résultat des contrôles.
  2. Le Reactionner place ces actions dans une queue de traitement
  3. Les sous-processus du nom de “Workers” vont interroger cette queue
  4. Les “Workers” vont exécuter les notifications ou Eventhandlers
  5. Le résultat de la notifcation va être restituer au Reactionner
  6. Le Reactionner va restituer le résultat au Scheduler

Poller

Nous allons décrire le schéma ci-dessus par étape :

  1. Le Poller va interroger le Scheduler afin de connaître les contrôles qu’il va devoir effectuer
  2. Le Poller place ces actions dans une queue de traitement.
  3. Les sous-processus du nom de “Workers” vont interroger cette queue
  4. Les “Workers” vont exécuter le contrôle.
  5. Le résultat du contrôle va être restituer au Poller
  6. Le Poller va restituer le résultat au Scheduler

Broker

Nous allons décrire le schéma ci-dessus par étape :

  1. Le Broker va interroger le Scheduler afin de connaître les données qui va devoir stocker
  2. Le Broker envoie ces données vers les modules de Stockage (Plugin Merlin, perfdata, NDO, LiveStatus, …)
  3. Les modules de Stockage injectent les données dans la source de stockage (Base de données, socket UNIX, fichier plat, …)
shinken/shinken-work.txt · Dernière modification: 02/03/2017 16:41 (modification externe)
CC Attribution-Noncommercial-Share Alike 4.0 International
www.chimeric.de Valid CSS Driven by DokuWiki do yourself a favour and use a real browser - get firefox!! Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0